Réseaux communautaires: une alternative crédible pour la réduction de la fracture numérique.

Source : https://pixabay.com

La crise mondiale actuelle liée à la pandémie du Covid-19 démontre l’importance de l’Internet dans nos vies au quotidien.. Pourtant,  près de la moitié de la population mondiale n’a toujours pas accès à Internet. Dans ces conditions, la promotion des réseaux communautaires est une solution intéressante pour pallier cette insuffisance.

Qu’est ce qu’un réseau communautaire, comment en créer et quel intérêt pour un pays comme le Bénin de promouvoir ce type d’infrastructures?

1. Réseaux communautaires : de quoi s’agit-il?

Les réseaux communautaires se réfèrent aux infrastructures de télécommunications déployées et exploitées par un groupe local pour répondre à ses propres besoins de communication[1]. Ils sont le résultat de personnes travaillant ensemble, combinant leurs ressources, unissant leurs efforts et se rapprochant pour combler l’absence ou les lacunes de connectivité.

Le mode de gestion et les conditions d’accès sont entièrement autonome et peuvent être définis à leur guise selon les ressources et partenariats dont ils disposent.

Concrètement, les réseaux communautaires peuvent, en général, couvrir divers besoins comme l’accès au réseau de télécommunication, l’accès à Internet ou peuvent être une radio et/ou télévision locale ou autre.

En ce qui concerne les réseaux communautaire sans fil avec Internet, en dehors de l’accès aux ressources et services de la toile qui sont entre autres l’accès au commerce électronique et aux services de télésanté, l’apprentissage à distance, l’engagement social et politique, les services gouvernementaux et l’information sur la sécurité publique, les réseaux communautaires favorisent fondamentalement la connectivité aux populations exclues du fait de leur zones géographique, du pouvoir économique ou d’absence d’infrastructures de télécommunication.

Ces réseaux rendent l’Internet disponible à la communauté cible grâce aux câbles, à la fibre optique ou au WIFI (IEEE 802.11). C’est un réseau conçu par la communauté et pour la communauté.

2. Intérêt des réseaux communautaires sans fil au Bénin

Internet fait du monde un endroit plus agréable à vivre 2 où Il crée  ou facilite le développement économique, soutient les petites et moyennes entreprises (PME) et crée des opportunités économiques plus larges pour tous.

L’accès à Internet est un droit fondamental de l’homme reconnu par les Nations-Unies depuis 2012 et aussi par certains pays comme la France. Pourtant, près de la moitié de la population mondiale est encore déconnectée en 2020.

Carte zones blanches- téléphonie mobile au Bénin3
Source: Rapport Final SU vol1- P 81

Au Bénin, plus de 200 villages sont recensées comme zone non couvertes par la téléphonie mobile dans le rapport sur la stratégie et programme national du service universel des communications électronique et de la poste, sans compter les régions urbaines comme rurales censées déjà être connectés dont les populations souffrent encore avant de capter un signal.

Plusieurs raisons peuvent justifier cette situation comme entre autres: l’inaccessibilité des zones et la non rentabilité commerciale pour les fournisseurs d’accès.

Pour combler ce déficit, la mise en place des réseaux communautaires demeure l’ultime recours. Il faut noter que les réseaux communautaires ne sont pas que de simples assemblages de câbles et d’équipement réseaux mais concernent plus les personnes et leur communauté. Ils renforcent ainsi les liens tout en réduisant l’exclusion sociale et en facilitant l’accès aux ressources d’information, à l’éducation et à la formation.

La Coalition Nationale Pour L’ Accès Universel Au Bénin menée par l’Alliance pour un Internet abordable (A4AI) recommande fortement la mise en œuvre des réseaux communautaires qui représentent une solution alternative pour une connectivité à coût abordable dans  sa politique d’accès universel des communications. L’Association pour le progrès des Communications (APC) et la Webfondation définissent les réseaux communautaires comme « L’internet pour le peuple par le peuple »

C’est une opportunité qu’il ne faut en aucun cas hésiter à promouvoir pour l’atteinte des objectifs de l’Union Internationale des Télécommunications en ce qui concerne l’Accès Universel.

3. Les différentes étapes pour réussir son réseau communautaire sans fil

La mise en place d’un réseau communautaire peut être subdivisé en trois (03) points à savoir : l’étude de faisabilité, l’établissement du budget ou cout de liaison et le plan de mise en œuvre. A cela s’ajoute  les aspects de la gestion du réseau, une fois mise en place.

 

  • L’étude de faisabilité :

 

Source: Extrait du cours Community Networks de Internet Society

Encore appelé plan de viabilité, cette partie vise à prendre en compte les tenants et aboutissements du projet. Pour la réussir, il faudra prendre en compte essentiellement quatre points qui ont un fort impact sur le coût final de l’implémentation :

  • Les infrastructures physiques disponible :existe-il des immeubles en hauteurs, des collines ou des tours d’autres opérateurs sur lesquels déposer nos antennes ? Devrait-on construire nos propres tours (pylônes) ?…
  • Les ressources techniques en activité:y a -t-il déjà d’autres types de réseaux dans la zone dont les signaux risquent d’interférer avec les nôtres ?
  • Les sources d’énergies ou d’alimentations les plus proches: quels types d’énergies électriques sont disponibles (réseau électrique, groupe électrogène, solaire, éolienne, …). Sont-ils à notre portée ou devons-nous prévoir des systèmes de relais ou d’onduleurs ? Attention à ne pas seulement tenir compte des coûts d’achat mais également des coûts d’installation et d’entretien.
  • La source de connexion à Internet la plus proche du site: une source d’accès à Internet est indispensable si nous voulons fournir la connexion aux utilisateurs. Quelle est la connexion la plus proche et comment allons-nous l’amener sur notre site ? Par câble ou par wifi ?

A cela, s’ajoutent quelques facteurs importants à prendre en compte comme les conditions climatique de la zone, le type de terre, la densité de la population, les routes d’accès, les conditions d’octroi ou d’autorisation de licence d’exploitation (réglementation) qui varient selon les pays, les conditions d’achat ou d’importation des équipements et enfin les facteurs de communications.

  • Les coûts de liaisons

Après l’étude de faisabilité, il faut établir les coûts de liaison. Cette étape permettra de savoir les types d’équipements dont on aura besoin pour une bonne propagation du signal. Ce n’est pas seulement une question financière mais les caractéristiques techniques pour assurer une bonne connexion sur tout le réseau. Cette partie tiendra compte de la puissance de transmission des équipements, le gain des antennes, les pertes et atténuations du signal  et peut être subdivisé en 3 groupes : le site d’émission, l’espace de propagation du signal et le site de réception.

Source: Extrait du cours Community Networks de Internet Society

D’autres coûts sont également pris en compte comme la disponibilité de l’électricité pour savoir s’il faut utiliser des piles, des batteries, des régulateurs, les onduleurs, les parasurtenseurs, parafoudre et les différents outils à utiliser (GPS, Câble, carte, ruban adhésif, multimètre…) et surtout les licences et autorisations à obtenir auprès des autorités compétentes.

Pour la mise en place d’un réseau WIFI ( IEEE 802.11), l’utilisation des fréquences 2.4GHz ou 5.8 GHz peuvent nécessiter des autorisations même si elles sont gratuites. Les dispositions varient d’un pays à un autre. Au Bénin, l’ARCEP est l’organisme publique qui s’occupe de la réglementation et de l’octroi des licences d’exploitation.

  • Plan d’implémentation

Après l’étude de faisabilité et les coûts de liaisons, il faut prévoir son plan d’implémentation ou de mise en œuvre. A cette étape, il faut tenir compte des saisons avant de commencer l’implémentation comme les saisons de fortes chaleurs ou de pluie dans les zones situées autour de l’équateur ou l’hiver dans d’autres régions.

L’assurance qualité n’est pas à négliger non plus. Il faut évaluer, tester les différents aspects de performances du projet et surtout s’assurer de la conformité des équipements reçus avec le cahier des charges établi au début du projet.

Enfin, il faut prendre en compte l’orientation des antennes pour une bonne couverture du réseau entre les émetteurs et récepteurs.

A ce jour, plusieurs réseaux communautaires sont déjà mis en place à travers le monde dont deux au Bénin.

4. Quelques exemples de réseaux communautaires

Au Bénin:
COTONOU-WIRELESS

Quelques amateurs passionnés par les technologies sans fil, confrontés aux difficultés de connexion ont relevé le défi de mettre en place un réseau maillé sans fil à l’aide de logiciels libres et d’équipements WiFi abordables aux normes IEEE 802.11b, jusqu’à 11Mbps (1.38 Mo/s) de vitesse de transfert, et 2.4 GHz en fréquence pour se relier à ses utilisateurs. Nous étions en 2006; Mathias Houngbo et ses amis viennent de créer le premier réseau communautaire sans fil à cotonou dénommé cotonou-wireless.

Plus d’infos:

L’initiative #IsocIotGateway

Dans le cadre du Chapterthon 2019, le chapitre Bénin de Internet Society a essayé de mettre en place un réseau communautaire LPWAN (Low Power Wide Area Networks) de 3 passerelles LoRaWAN dédiées aux objets connectés d’une portée d’environ 15 Km de rayon par passerelle dans les villes de Avrankou, Calavi et Cotonou.  IsocIotGateway, pour connecter les non-connectés ruraux. 

Un résumé de 3minutes ici: https://youtu.be/UIzxyEfUuBg

Dans le monde:

L’Internet Society (ISOC), dans sa mission de réduction de la fracture numérique, en collaborations avec certains partenaires locaux, a soutenu déjà près d’une trentaine de réseaux communautaires à travers le monde. Son mantra est pour la communauté, avec la communauté, par la communauté. Ci-dessous quelques exemples :

  • net est un projet bottom-up, administré par les citoyens, technologique et économique, ayant pour objectif de créer un réseau de télécommunication libre, ouvert et neutre basé sur un modèle commun.
  • Nepal Wireless Project: Nepal Wireless Project est une initiative à but non lucratif située dans les zones rurales reculées du Népal. Il a été lancé en 2002 pour apporter des services de communication aux villages du district de Myagdi et pour trouver des moyens de réduire la fracture numérique entre les zones urbaines et rurales du Népal.
  • NYCMesh: Certains projets sont situés dans des zones urbaines mal desservies des pays développés. En 2019, dans le cadre du programme de subvention Beyond the Net, le chapitre local New York de Internet Society a mis en place un réseau communautaire pour desservir une communauté non connectée (voir détails ici).
  • Tusheti, Géorgie:Internet Society s’est associée à son chapitre géorgien et à plusieurs organisations Internet géorgiennes pour relier la région reculée et montagneuse de Tusheti à Internet. Le projet a été lancé en septembre 2017, ouvrant de nouvelles opportunités pour le tourisme et la préservation culturelle, fournissant un canal de communication essentiel pour les soins de santé et les situations d’urgence potentielles (en savoir plus ici).
  • Le réseau sans fil de Mankosi: en Afrique du Sud, les habitants de Mankosi ont mis en place un réseau communautaire sans fil pour desservir 12 villages de plus de 6.000 habitants qui étaient complètement déconnectés. Un reportage de BBC nous en parle ici https://www.youtube.com/watch?v=R9u-hfxAeBo
Conclusion

Nous voilà à la fin de notre tour sur les réseaux communautaires sans fil.

Maintenant, après avoir compris ce qu’est un réseau communautaire et comment l’implémenter, n’oubliez pas l’après. Il y aura la gestion, la maintenance et l’utilisation de l’infrastructure mis en place. Comment pérenniser votre installation, comment les utilisateurs y accèdent et à quelles conditions, qui s’occupe de ci et de ca?

Bref vous l’aurez compris la mise en place de votre réseau communautaire n’est que le début d’une longue aventure.

Alors, si l’envie vous prend d’en implémenter au Bénin, rejoignez l’un des groupes de travail fonctionnel du Chapitre Bénin d’Internet Society selon votre profil et que l’aventure commence.

 

Par Nonhouegnon R. LETCHEDE et Vital BOCO, membres du Chapitre Bénin d’Internet Society

Références
https://www.internetsociety.org/fr/resources/2018/unleashing-community-networks-innovative-licensing-approaches/

https://fr.wikipedia.org/wiki/IEEE_802.11

https://www.internetsociety.org/fr/que-faisons-nous/pourquoi-c%E2%80%99est-important

https://www.01net.com/actualites/lacces-a-internet-un-nouveau-droit-de-lhomme-selon-lonu-569619.html

http://www.senat.fr/petite-loi-ameli/2015-2016/744.html

https://www.internetsociety.org/fr/action-plan/2020/

http://www.absucep.bj/fichiers/telechargeables/rapportFinal_SU_Volume1.pdf

http://www.absucep.bj/fichiers/telechargeables/PNSU.pdf

Coalition Nationale Pour L’ Accès Universel Au Bénin
Home
https://www.apc.org/fr/node/34835 https://webfoundation.org/ https://www.iut.fr/ https://learning.internetsociety.org/mod/scorm/view.php?id=3406
home
https://cursus.edu/articles/9490/cotonou-wireless-lacces-sans-fil-libre-pour-creer-des-communautes https://www.balancingact-africa.com/news/telecoms-fr/17220/cotonou-wireless-des-informaticiens-passiones-lancent-un-reseau-internet-wifi-au-benin
Chapterthon 2019 – #ISOCIoTGateway
Projects
Home
https://isoc.bj/mise-en-place-des-groupes-de-travail-fonctionnels/